Religions d'Aléane

Vous trouverez ici une une rapide description des plus importantes religions que l'on peut trouver sur le continent principal d'Aléane. Des fiches plus complètes sont en cours de réalisation.

Le Culte d' Eponna - Le Culte de Nérote - Le Culte de Simarre - Le Culte de Lanntot - Le Culte de Posenne - Le Culte d'El Gahalib Ibn Alkardnim - Le Culte de Sarm - Le Culte des Ancêtres - Le Culte de la Prairie - Le Culte du Tout


Le Culte d'Eponna

Culte de la Lumière et de la Vie, il est souvent représenté par une licorne galopant. Son implantation reste localisée sur les territoires du nord-ouest, l'île de Gaël et le Comté de Ruffec. Son clergé est assez ouvert et prône la tolérance et la paix. La prêtrise est ouverte aux deux sexes, mais est majoritairement constituée d'hommes. Les rites sont ouverts à tous et une grande partie des offices se fait dans des sanctuaires situés en pleine nature.


Le Culte de Nérote

Nérote est la divinité tutélaire du royaume de Lance. Les valeurs prônées sont le respect de la famille, de l'autorité du père. Le clergé est exclusivement masculin. Le rare culte toléré par celui de Nérote est celui d'Eponna, mais cette tolérance diminue depuis plusieurs années. Son ancien symbole était une étoile portée par un vieillard armé d'un trident, maintenant il s'agit d'un simple trident. Depuis près de quarante ans, depuis le pontificat de Demios V, des missions ont été envoyées dans les Royaumes de Glace afin de les convertir à cette foi. Les résultats sont assez brillants, le culte de Nérote a peu à peu remplacé celui des Lanntot, les divinités peuplant le panthéon des Royaumes de Glace.


Le Culte de Simarre

Simarre était l'un des grands héros de l'antiquité. Il réussit à réunir une grande partie des tribus du nord du Désert de Cendres et construisit un empire. Ses descendants en firent un dieu et lui rendent hommage. Son culte est parmi les plus libres du Continent. Seuls comptent les efforts faits pour vénérer la mémoire de Simarre (un versement conséquent au temple local est généralement considéré comme suffisant pour s'attirer les grâces de Simarre).


Le Culte de Lanntot

Le terme de Lanntot regroupe tout un ensemble de divinités mineures vénérées dans les Royaumes de Glaces, parmi lesquelles on trouve aussi bien les ancêtres que les Nymphes des Fontaines, mais aussi des divinités plus anciennes, les Waldenaars, un panthéon devenu très flou à travers les âges. Cependant, les sanctuaires des Waldenaars, bien que n'étant plus attribués à un dieu précis, subsistent dans des zones désolées des Royaumes de Glace : il s'agit le plus souvent d'arches de pierres couvertes d'inscriptions indéchiffrables, de curieux méandres et excroissances et d'étranges figures stylisées, parfois de forme vaguement avienne. Les autochtones viennent y déposer des offrandes avant leurs expéditions maritimes. Ce culte est en nette régression depuis l'arrivée des missionnaires de Nérote.


Le Culte de Posenne

Posenne était une femme vivant trois siècles auparavant dans le royaume de Lance. On raconte qu'après avoir eu la visite d'un être de feu qui lui aurait transmis ses principes, Posenne les rédigea dans un manuscrit désormais perdu, l'Oracle Cristallin. Elle proposa une réforme du culte de Nérote. Ses idées furent considérées par le clergé de Nérote comme hérétique. Elle fut condamnée à être brûlée vive. On trouve parfois ses principes honorés dans des villages reculés où ses disciples se sont réfugiés après la mort de Posenne. Regardé avec bienveillance par les disciples d'Eponna, ce culte est toujours pourchassé par les autorités religieuses de Nérote.


Le Culte d'El Gahalib Ibn Alkardnim

Sali El Gahalib est, d'après les légendes des peuples du Désert de Cendres, le jeune homme qui a vu se lever la malédiction qui frappait les Hautes Dunes, celui qui a vu la transformation du désert en jardin. On parle d'El Gahalib depuis plus de cinq cent ans, depuis l'apparition brutale d'êtres vêtus de feu au milieu du Désert de Cendres. Après avoir vaincu les Daracdjinns qui les pourchassaient, l'un des êtres vêtus de feu se mit à chanter d'allégresse et le sable brûlant se gorgea bientôt d'eau. Les Ruines de Toch du Désert de Cendres se changèrent rapidement en une vaste étendue d'herbe et de palmiers. L'oasis d'El Alkardnim venait de naître. Son nom veut dire la Création. Sali El Gahalib, témoin de ces actes surnaturels, fondit une religion basée sur la prophétie que lui auraient faite les êtres vêtus de feu, que le Désert de Cendres deviendrait un jour un véritable jardin. Depuis, une multitude de personnes fait chaque année un pèlerinage vers cette oasis.


Le culte de Sarm

Sarm est un héros légendaire qui conduisit les rares survivants de l'Ile Bienheureuse vers l'île qui désormais porte le nom de Sarmate (Cadeau de Sarm). L'organisation de ce culte est très stricte et rigide, comme toute la société sarmate. Une multitude de préceptes est codifiée dans des rouleaux considérés comme sacrés, ce sont les Ecrits Télèmes. Ces écrits gèrent toute la vie, dans toutes les circonstances, des Sarmates.


Le culte des Ancêtres

Chez les Gaëls, l'importance du culte des ancêtres est primordial. Seuls les Morts ont la connaissance réelle du Monde, tel pourrait être le credo de ce peuple, à tel point que la Mort est presque la seule divinité vénérée chez eux. Cependant elle n'y est jamais représentée comme étant une divinité maléfique, mais plutôt comme une conseillère et un passage. Pour les Gaëls, les Morts se trouvent au milieu des Vivants et se mêlent complètement à eux. Certaines nuits sont considérées comme pouvant permettre aux Morts d'agir directement avec les Vivants. Ce qui entraîne parfois des rituels assez particuliers, comme la séparation des mains droites des soldats morts au combat. " Comme cela, ton ami pourra toujours boire avec toi la nuit où il reviendra, mais il ne pourra pas te combattre ! "


Le culte de la Prairie

Bien que les Ortares soit un peuple fermé et indépendant, ceux qui les cotoient connaissent laur vénération pour "la Prairie", qui leur offre leur subsistance. Ils adoreraient également certains grands arbres isolés sur le prairie qui représentent pour eux un symbole particulier, et tiendraient certains animaux comme sacrés, comme les antilopes et les carnassiers surnommés "renards de feu". Ilscroient aussi en une multitude d'esprits et de superstitions. Leurs rites funéraires, si on peut les nommer ainsi, sont étranges : ils abandonnent les corps au milieu de la prairie après les avoir dépouillés de tous leurs biens. Ils n'ont pas de prêtres et le culte semble partagé entre les chefs de clans et certains illuminés, le plus souvent des infirmes.


Le Culte du Tout

Comme les Oratares, les Elvins semblent vivre dans un monde rempli d'esprits et de superstitions. Ils posséderaient ainsi des esprits animaux tutélaires propre à chacun. Ils semblent vénérer une sorte d'Esprit universel qu'ils nomment le Tout et qui confèrerait leurs pouvoirs à leurs chamans. Cependant, il est difficile d'en savoir plus car les Elvins sont particulièrement secrets sur leurs croyances.